Image Image Image Image Image Image Image Image Image Image
Remonter

Haut

Mes chaussettes rouges

Mes chaussettes rouges
Antoine

Nous avions déjà relaté l’affaire dans un article précédent, Mes Chaussettes Rouges avait fait parler de lui en étant le premier site à convaincre la fratrie Gammarelli, tailleur des papes depuis 1798, de vendre ces trésors de l’élégance romaine sur le web. C’était il y a déjà un an. Depuis, de l’eau a coulé sous les ponts et le site a réussi son pari. Les chaussettes basses reculent chez les dandies pour laisser la place au mi-bas, plus chics.

De nombreuses personnalités ont fait main basse sur ces détails piquants qui confèrent assurément à leur propriétaire une touche swag, à moindre coût. François Fillon, féru de nouveautés 2.0, porte fièrement et fréquemment les chaussettes d’exception.

Il faut savoir qu’à l’origine, n’est pas chaussetté Gammarelli qui veut, puisque la seule et unique boutique se trouve à Rome. Ces chaussettes, dont les trois déclinaisons de coloris correspondent aux trois corps ecclésiastiques, sont prisées par un cercle restreint d’esthètes à travers le monde et n’étaient jusqu’à présent accessibles qu’à ceux qui trouvaient le temps d’aller en terre italienne pour se les procurer. On se souvient des chaussettes rouges de Balladur qu’il allait acheter dans cette boutique surannée, cachée derrière le Panthéon.

 

 

La gamme Mazarin Grand Faiseur, née de la collaboration entre le prestigieux tailleur des costumes pour l’Académie française, Stark and Sons, et les fondateurs du site Mes Chaussettes Rouges, correspond aussi aux besoins spécifiques de traditionnels habits officiels, puisqu’elle a été créée pour que les académiciens trouvent enfin chaussettes à leur pied, assorties à leur vert costume d’apparat.
Mais l’avantage de cette sous-catégorie est de proposer d’autres tonalités pour accompagner toutes les tenues et toutes les circonstances : des couleurs sobres pour une tenue stricte, du gris chiné au bleu marine, en passant par le marron, le beige ou encore le bordeaux, et des couleurs vives pour l’excentricité britannique ; les roses, l’orange, le jaune et le vert sans oublier le bleu clair, égayent d’une touche de couleur non conventionnelle toutes les mises, des plus formelles aux plus habillées.

Eh oui ! Si vous sortez des couleurs classiques, la chaussette ne doit pas être forcément assortie au pantalon ou aux chaussures. Pour une paire rose par exemple, elle se doit même de contraster fortement avec le reste de la tenue. Une garantie absolue d’élégance que seuls quelques avertis remarqueront.

Dans un genre un peu (beaucoup?) plus confidentiel, la maison fabrique aussi, par-delà la Manche, des versions spécifiques pour la randonnée ou la chasse à courre, là, c’est la méga classe assurée.Quant aux chaussettes de ville, elles sont évidemment réalisées en Italie dans la pure tradition artisanale, avec un fil d’Écosse de la plus haute qualité, et sont remaillées à la main, ce qui assure une finition irréprochable. La finesse de leur tricot alliée la pétulance de leur coloris en font un accessoire de luxe à part entière. Et pas de risque que leur exubérance ne  s’affadisse avec le temps, car les fibres sont teintées avant le tissage, petit détail qui fait tout.

Bref, cette partie longtemps ignorée de l’anatomie vestimentaire a enfin trouvé ses lettres de noblesse.

 

Commentaires

  1. Karl

    Excellent article ! Etant client chez eux depuis quelques années, je peux vous dire que le service et la qualité y sont irréprochables ! Un petit conseil : préférez le lavage à la main, çà les abîmes moins.
    On ne revient plus à d’autres types de chaussettes après … :-)

  2. Karl

    Excellent article ! Etant client chez eux depuis quelques années, je peux vous dire que le service et la qualité y sont irréprochables ! Un petit conseil : préférez le lavage à la main, çà les abîmes moins.
    On ne revient plus à d’autres types de chaussettes après … :-)

/* ------------ WAI Tag template ------------------------- */