Image Image Image Image Image Image Image Image Image Image
Remonter

Haut

Rencontre avec David Obadia, Harmony Paris

Rencontre avec David Obadia, Harmony Paris
Maxime D.

Modissimo s’intéresse aujourd’hui à la jeune marque française Harmony Paris. Depuis l’époque « Brooklyn We Go Hard » (BWGH), le créateur David Obadia a fait du chemin, faisant évoluer son idée et sa volonté de faire des vêtements qui lui ressemblent. Nous l’avons donc rencontré et lui avons posé quelques questions afin de découvrir qui était réellement cet homme Harmony.

L’homme Harmony est un homme de tous les jours

03 02 01

Les collections d’Harmony sont venues à partir d’une simple idée : faire des vêtements pour les hommes de tous les jours, des vêtements dans lesquels on se sent bien et qui se portent aisément. D. Obadia a donc imaginé un homme classique, qui allie silhouettes streetwear et silhouettes plus chic.
On retrouve ainsi des blazers en coton flammé et des manteaux longs en drap de laine portés avec des Adidas Superstar, mais aussi plusieurs sweatshirts et un bomber décliné en plusieurs coloris. De belles silhouettes représentant un homme urbain et moderne toujours bien habillé de jour comme de nuit.

Cette première collection se base donc sur des intemporels, des silhouettes minimalistes et simplement belles. On retrouve dans la collection beaucoup de noir, de gris anthracite, de camel, de bleu marine mais aussi un bleu cobalt assez flashy sur un bomber ou sur une veste façon denim avec des poches verticales.
Les couleurs classiques de l’automne sont donc prépondérantes mais on retrouve dans les coupes les valeurs principales de la marque : des vêtements « créativement simples », fabriqués en Europe avec des matières de qualité.

Interview de David Obadia

Pourquoi avoir créé Harmony après Brooklyn We Go Hard ?

BWGH s’adresse plus à un public streetwear, après quelques années j’avais envie de faire de la mode contemporaine et je ne voulais pas modifier l’ADN de BWGH mais le laisser sur son positionnement actuel. Je m’occupe aujourd’hui de toute la création homme et femme sur Harmony et également sur BWGH.

Qui est cet homme Harmony ?

J’espère que c’est un homme qui me ressemble, j’essaye de faire des choses que je pourrais porter dans la vie de tous les jours. C’est donc quelque chose de très parisien, assez simple et minimaliste avec des coupes très épurées. J’ai envie de faire des vêtements « créativement simple ». J’aime beaucoup Jil Sander ou encore Helumt Lang, j’adore travailler parfois sur des matières plus techniques.

Comment produisez-vous les collections d’Harmony ?

On produit les vêtements essentiellement en France, au Portugal et en Roumanie, c’est uniquement européen. Pour la création, on travaille sur un plan de collection avec mon bras droit, Quentin, qui est passé chez Givenchy et chez ACNE. Je travaille sur l’idée autour de la collection et on imagine ensuite les déclinaisons commerciales. 

Pourquoi avoir travaillé avec l’acteur Jeremie Laheurte pour le lancement d’Harmony ?

Premièrement car c’est un des mes amis ! Mais aussi car il représente bien l’homme Harmony, dans sa manière d’être, dans son style et il avait également une belle notoriété grâce à son parcours.

Avez-vous pour projet d’ouvrir une boutique physique ?

Nous sommes justement en travaux et nous allons bientôt ouvrir la boutique ! Nous avons choisi de nous installer rue Commines dans le 3ème arrondissement de Paris, notamment car Helmut Lang faisait tous ses défilés rue Commines et qu’il m’inspire énormément. J’aime bien son idée de travailler des formes pour qu’elles épousent le corps.

(NDLR : La boutique a depuis ouvert ses portes au 1 rue Commines, 75003 Paris.)


Pensez-vous vous exporter à l’international ?

Sur l’e-shop nous livrons dans le monde entier et nous sommes également déjà présents dans plusieurs pays chez des multi-marques.
Notamment au VooStore de Berlin ou encore au United Arrows à Tokyo. J’ai commencé le projet le 1er février 2014 et ensuite tout s’est enchaîné assez rapidement. Je suis parfois impatient, et ça peut représenter un de mes défauts car je pense qu’une marque a réellement besoin de prendre son temps avant d’être rentable et s’affirmer sur ce marché mais nous nous exporterons bien plus loin par la suite je l’espère !

En terme de cible, vous êtes quand même sur un consommateur averti, qui aime la mode ?

Le consommateur est justement très dur à toucher car il est très averti, il connaît bien les produits, ce qui se fait ailleurs et aime aller à droite à gauche. Nous ne cherchons pas à toucher un public de « fashionista » mais plus des gens qui aiment bien s’habiller, de manière assez simple.

Comment as-tu imaginé la femme Harmony ?

Je me suis beaucoup inspiré de ma petite-amie, c’est un peu la manière et la vision que j’ai d’elle. J’ai beaucoup travaillé sur de la laine bouillie, sur des coloris différents que l’on retrouve également chez l’homme.

La campagne AW14

Pour lancer la saison Automne-Hiver 2014, Harmony a travaillé avec les danseurs Daniel Norgren-Jensen et Mia Hjelte autour d’un film produit par la société de production fondée par Georges Bermann : Partizan. Un film de deux minutes, avec plusieurs plans séquences rythmés par les pas des deux danseurs et le titre « iPlayYouListen » de Odesza.
Une belle histoire semble donc attendre Harmony Paris, qui par sa simplicité, sa créativité et son attachement à la qualité semble bien partie pour devenir l’une des marques les plus prometteuses du moment.

Commentaires

  1. C’est vraiment une marque prometteuse !

    Julien

    http://oohjules.com/topman-manteau-coat-winter/

/* ------------ WAI Tag template ------------------------- */