Image Image Image Image Image Image Image Image Image Image
Remonter

Haut

De Fursac : Interview de Vincent Viard + preview P/E 12

De Fursac : Interview de Vincent Viard + preview P/E 12
Maxime

Je défends depuis un an et demi maintenant le retour de De Fursac, pour moi l’une des marques de prêt-à-porter les plus élégantes du moment.

Afin d’apporter un éclairage sur l’identité et l’évolution de la marque, j’ai rencontré son directeur général délégué, Vincent Viard, pendant le shooting de la campagne Printemps / Eté 2012, dont je vous ramène quelques clichés.

Vincent Viard est directeur général délégué de De Fursac depuis un an.
Il était auparavant chez Petronio Associates, où il s’occupait entre autres des problématiques de communication de Miu Miu, Yves Saint Laurent, Chloé, Prada parfums, Chloé Parfums, Chanel horlogerie, joaillerie, cosmétique, soins et parfums…

De Fursac a une nouvelle image ?

Vincent Viard : Effectivement, depuis un an on travaille beaucoup à renouveler l’image de la marque en s’appuyant sur les fondamentaux de De Fursac, sur l’ADN de la marque : on met en valeur de façon contemporaine les éléments qui existaient déjà chez la marque.

Qui est l’homme De Fursac, quel âge a-t-il ?

V.V. : Il n’y a pas vraiment de segmentation par âge ou par milieu professionnel.
Ce qui compte par dessus tout, et c’est la façon dont on construit les collections, c’est que nous cherchons à illustrer une forme d’élégance à la française qui serait à mi-chemin entre un style italien plutôt exubérant, parfois coloré, et un style anglais qui va être parfois plus excentrique, parfois plus sévère.
Entre ces deux conceptions, il nous semble qu’il y a un vrai style français équilibré, sobre, qui était peut-être difficile à identifier dans les dernières décénnies, mais qu’on retrouve en remontant dans les années 50 – 60 – 70.

Donc l’homme De Fursac, ce n’est pas forcément quelqu’un qui travaille dans un bureau et qui porte un costume. Cette collection d’été l’illustre bien : ça peut aussi bien être du formel, qui est un pôle métier traditionnel de la marque, que de l’urban casual. On habille l’homme qui cherche à avoir ce type d’élégance en toute occasion : pour aller à la campagne, au bureau, à une soirée… Ca s’applique à l’evening wear, au formel et au non-formel.

C’est un découpage que l’on retrouve aussi en boutique, où il y a eu un gros travail sur l’aménagement et le merchandising

V.V. : Oui, c’était important que le travail sur les collections trouve un écho dans les points de vente. On a retravaillé tout le concept architectural des magasins.
On peut dresser un parallèle avec la collection, pour laquelle outre le style et la façon il y a aussi la qualité des matériaux : les tissus que l’on emploie viennent de Biella en Italie, et des partenariats que nous avons noués notamment avec Cerruti, qui développe pour nous de très belles exclusivités.

En boutique, on essaie de suivre les mêmes idées : on a choisi des matériaux nobles : du marbre pour les sols, des laques, du béton…

L’idée c’est d’avoir de belles matières modernisées. Pour le marbre par exemple, on n’a pas voulu qu’il soit poli : ça donne un style précieux qui ne correspond pas exactement à la marque. Donc le marbre est blanc mais adouci, un petit peu mat, pour traduire cette idée de beaux matériaux, de savoir-faire traditionnel mais aussi de modernité, pour ne pas tomber dans quelque chose de classique.

La silhouette de De Fursac a un fit spécifique, ce n’est vraiment pas une silhouette classique et c’était important que cette spécificité se retrouve en boutique.

On retrouve également les codes couleurs de la marque en boutique : du blanc, du noir, du anthracite, du bleu marine, des petites pointes dorées ou argentées… et ça s’arrête là, pour mettre en valeur les pièces.

Le merchandising a aussi été allégé : on a de belles pièces, il faut qu’elles puissent respirer, qu’on puisse les voir.

Vous travaillez sur la vente en ligne ?

V.V. : Absolument, on travaille sur un site de vente en ligne qui va arriver dans les mois qui viennent. C’est un axe de développement évident aujourd’hui donc on travaille dessus pour la collection Printemps / Eté.

Le mannequin du lookbook De Fursac à la sortie du plateau photo

Sur cette collection Printemps / Eté, quelle est l’évolution ?

V.V. : Cette collection vient confirmer ce que l’on a fait sur l’hiver qui est en ce moment en magasin : on préserve toujours notre colonne vertebrale formelle : costumes, chemises, cravates, manteaux sur l’hiver…
Ce qui se voit plus sur le printemps / été, c’est la partie non formelle qui peut vraiment s’exprimer avec les couleurs de l’été, c’est vraiment le marqueur important pour nous cette saison : la confirmation de l’élargissement de la gamme et cette idée que la proposition est globale, avec un vestiaire complet.

Et toute la difficulté, c’est de réussir à imprimer cette élégance à la française aussi bien sur un smoking que sur un short, un polo ou un t-shirt. Il y a tout un travail sur les formes et les matériaux qui a été mené : comment faire un polo intéressant ?
Et même sur les pièces simples, on a voulu avoir ce travail pour que celui qui les porte puisse avoir un style élégant transversal en toutes circonstances, donc on a des matières extrêmement qualitatives, des cotons mercerisés avec de très beaux fils…

Commentaires

  1. Aurélien

    Le travail de Franck Durand à la Direction Artistique des campagnes y est également pour beaucoup dans ce renouveau de l’image de la marque.

  2. Diidjy

    Haaa ! Le retour de cette marque dont j’ai entendu tant de mal il y a quelques années… J’espere que ce come-back redonneras l’envie aux acheteurs. Et puis, j’ai toujours craqué sur le nom de cette marque. Maintenant je peux y aller sans me soucier de la qualité si j’ai bien compris

    • Mr H

      De Fursac, c’est très beau mais pour aller au boulot vaut mieux éviter.

      Pour résumer, beau mais fragile.

/* ------------ WAI Tag template ------------------------- */