Image Image Image Image Image Image Image Image Image Image
Remonter

Haut

Guide : Choisir un manteau habillé pour l’hiver : Caban, Trois-Quart, Trench ou Duffle-Coat ?

Guide : Choisir un manteau habillé pour l’hiver : Caban, Trois-Quart, Trench ou Duffle-Coat ?
Maxime

Le froid est là.

On s’en sortait jusque là avec vestes et écharpes, mais il va bientôt falloir passer à la vitesse supérieure : le manteau.

Et pour nombre d’entre nous, ce moment d’arrivée du froid coïncide avec le constat qu’il manque un manteau digne de ce nom à notre garde-robe.

Si nous mettons de côté la doudoune (efficace mais pas assez habillée pour passer avec toutes les tenues), il existe 4 grands types de manteaux : le caban, le trench, le trois-quart et le duffle coat.

Ces manteaux peuvent être portés avec toutes vos tenues, casual ou formal, jean-cardigan ou costume-chemise, et une fois que l’on en a trouvé un on le rentabilise généralement une bonne moitié de l’année.

Puisqu’il est amené à durer, il est donc important d’investir dans un beau manteau qui vous tiendra chaud et protégera vos autres vêtements du vent et de la pluie.

Reste à bien le choisir.

Le Caban

caban manteau

En photo : un caban Raf Simons x Fred Perry, 369€ chez OKI-NI

Le caban est un manteau court, chaud et imperméable, souvent noir ou bleu marine.

D’origine marine (d’où l’ancre souvent présente sur ses boutons), le Caban existe au moins depuis le 18e siècle, et sa forme actuelle (boutonnière double croisée, laine) émane de sa démocratisation au 20e siècle par l’US Navy.

Il est depuis quelques années revenu en force dans la rue et passe bien avec une dégaine un peu rock façon Pete Doherty.

Son avantage principal est sa versatilité : un caban peut se porter de septembre à juin, étant suffisamment léger pour ne pas tenir trop chaud (dans le métro…) et suffisamment épais pour protéger du froid.

Il a aussi cet avantage d’être simple et de ne pas trop attirer l’attention tout en dessinant une silhouette élégante et sophistiquée.

Le Trois-Quart

manteau martin margiela

En photo : un manteau Martin Margiela, 935€ chez OKI-NI

Grand classique souvent défini par sa longueur, il commence sa carrière mi-18e siècle.

Je le préfère personnellement avec boutonnière simple plutôt que croisée, le résultat étant souvent plus pratique (moins de boutons…), plus esthétique quand porté ouvert, et plus cintré.

Le Trois-Quart est moins standardisé que le caban puisqu’il peut s’arrêter à la cuisse, au genou voire au tibia.
Le placement des poches est aussi primordial pour se protéger les mains du froid, et les poches latérales au niveau de la taille se révèlent souvent les plus pratiques.

A choisir de préférence bleu marine ou gris.

On trouve ce genre de manteau très facilement chez Zara (200€, bouloche rapidement après une saison), au Bon Marché sous la marque Balthazar (laine – cachemire à 300-400€, classique mais très bon rapport qualité prix), chez Paul & Joe ou Bill Tornade (400-500€, plus stylés)…

Le Trench

trench Resistance

En photo : un trench des japonais de Resistance, 600€ chez OKI-NI

Le Trench est un habitué des défilés qui fait un retour plus ou moins prononcé tous les ans.

Porté aujourd’hui par hommes et femmes, il est à l’origine un vêtement militaire créé en 1901 par Thomas Burberry.

Bien qu’étant un vêtement « fort » pas vraiment discret, le trench puise sa versatilité dans les mille façons de le porter (cf Art of the Trench), ouvert, fermé, avec ou sans ceinture, avec les manches remontées, avec le col remonté…

Bien qu’étant un vêtement plus imperméable que véritablement chaud, le trench est souvent fourni avec une doublure détachable.

Le trench se choisit naturellement couleur sable / camel façon Humphrey Bogart – Casablanca, plutôt que noir façon Matrix / Gothique (surtout s’il est en cuir).

Compter 1000+€ pour un Burberry neuf, et 100-150€ pour un Burberry dans une bonne friperie (guide là dessus bientôt).

Le Duffle-Coat

dufle coat over the stripes
En photo : un Duffle Coat Over The Stripes, 950€ chez OKI-NI

Sans doute le plus original et le plus identifiable du lot, le Duffle-Coat se reconnait immédiatement à ses passants en corde ou en cuir, à ses attaches boisées et incurvées (qui permettent de le fermer facilement même avec des gants de marin), et à sa capuche oversize (permettant de se couvrir la tête même avec une casquette de marine).

Il date de la fin du 19e siècle et est aujourd’hui un peu démodé en France, bien qu’il soit un grand classique chanteurs de rock britanniques tels que Liam Gallagher (Oasis) ou Alex Kapranos (Franz Ferdinand).

Commentaires

  1. Sambugaro

    Très intéressant, cet article sur le manteau homme. Surtout pour un féru de l’habillement élégant tel que moi. Petites nuances toutefois. Le caban ne se porte pas avec costume (avec ou sans cravate) pour cause de vetse plus longue que le pardessus qui dépassera en dessous ! Par contre, pour vous la jouer gamin, osez le dufle, cet accoutrement dont je m’étonne qu’on le propose à l’homme. Avec sa grande capuche et son cordage en guise de boutonnière, c’est idéal pour ne pas faire montre de bon goût. Je crois également qu’il faut nuancer le 3/4 du vrai manteau long arrivant mi-tibia. Le « long » est très dur à trouvé et pourtant assez répandu dans Paris. j’en ai trouvé un d’un petit styliste italo-turc, Umit Brenan, en laine de chameau. Dommage également que vous ne parliez pas plus des matières, aptes à faire la différence en matière de standing, de prix… Je pense au coton de base, au « plastique », au cashemire, au mohair, à la laine…
    Par contre, parler de fripperie ou de Burberry d’occasion, excusez-moi, mais c’est assez nul. Une marque, c’est aussi le prix qu’on y met, l’évènement de l’achat, le plaisir un peu exceptionnel que vous vous faîtes, pas seulement l’étiquette cousue sur le pied de col ou la poche-révolvaire. Donc porter du Burberry d’occasion, rhm-rhm… Il vaut mieux acheter du neuf quelconque à 300 € que de se sentir faussement grandement habillé grace au bon coin. De plus, c’est le meilleur moyen de ne pas être sûr de l’authenticité de votre Lacoste et autre Rolex « à-prix-pas-cher-d’occasion ».

  2. Roger

    Le trois-quarts et le duffle sont particulièrement hideux. Le choix des illustrations sont un peu malheureux.

  3. D.R.E

    Bonjour à tous,

    J’aurais voulu savoir quand le guide sur les trench que l’on peut trouver en friperie arrivera.

    D’avance merci

  4. zunraa

    Le duffle coat que le site montre, n’est effectivement pas très beau, et comme Jules, au début, je ne le trouvais pas élégant, et avec une coupe, qui transformait le haut du corps, en une chose sans forme, mais j’ai changé d’avis, car il faut juste trouver le bon, avec une belle coupe, et dans de belle matière, c’est juste très difficile a trouver, il faut chercher, bien plus que pour un beau caban, ou trench. En fait j’ai changé d’avis quand j’ai vu un duffle coat Hermès orange pétant, qui était magnifique, avec une belle coupe, et je me suis dis, voila un vrai beau duffle coat, qui pour le coup se dissociait totalement de l’image du marin.

  5. Caban, Trois-Quart et Trench « indispensable » dans la garde-robe. Dommage pour la photo du 3/4, il est un peu triste. Mais c’est le manteau le plus habillé et souvent le plus chaud pour l’hiver.

    Le problème du Duffle-Coat c’est qu’on l’apparente au petit bourgeois de province, ou a l’étudiant gauchiste :) Bref j’aime pas vraiment :D

    Pour l’hiver, je vote 3/4 !

  6. Ludovic

    Je crois que le caban et le duffle-coat ne se portent pas avec un costume.

  7. Le duffle c’est définitivement no way. Je ne vois pas comment on pourrait réussir à l’accommoder de manière un tant soit peu élégante. Contrairement au caban, je n’arrive pas à dissocier le duffle de l’image du marin.

    Le problème du trois-quart, c’est sa longueur variable. Celui sur la photo est trop long, ça ne fait pas joli quand on le porte ouvert avec les mains dans les poches, d’autant plus que le col n’est pas porté relevé sur la photo.

    Caban definitely.

  8. Paul A.

    Après vérification, vous avez bien raison, trench-coat venant de tranchée, nom de baptême et allusion transparente à la Grande Guerre.

  9. Paul A.

    Petite correction, je ne suis sûr de rien mais il me semble que le trench a été inventé par John Emary, fondateur de la marque Aquascutum, inventeur de la toile de gabardine qu’il déclina en trench avant Burberry.

/* ------------ WAI Tag template ------------------------- */