Image Image Image Image Image Image Image Image Image Image
Remonter

Haut

Yves Saint Laurent : Deux biopics pour une histoire troublante

Yves Saint Laurent : Deux biopics pour une histoire troublante
Maxime D.

Après « Des Vents contraires » en 2011, le réalisateur Jalil Lespert vient de dévoiler son dernier long métrage « Yves Saint Laurent », le tant attendu biopic de ce début d’année 2014. C’est en effet durant 1h46, que le réalisateur français s’est attelé à la vie de « l’enfant prodige » de la mode, Monsieur Yves, Mathieu-Saint-Laurent. Une histoire touchante tourmentée par le génie d’un créateur propulsé dès son jeune âge et une liaison plus qu’amoureuse entre Pierre Bergé et Mr Saint Laurent. Le combat Lespert vs Bonello vient de commencer : aperçu du premier round.

Yves Saint Laurent de Jalil Lespert

Jalil Lespert Yves Saint Laurent

Après des semaines de promotion, Yves Saint Laurent se dévoile enfin. Le réalisateur Parisien Jalil Lespert nous plonge dans la vie tourmentée du créateur. De ses débuts au sein de la maison Christian Dior à ses derniers instants, on découvre dans cet ouvrage un personnage atypique qui bien au delà de sa timidité savait retranscrire son génie. On retrouve alors durant ces 106 minutes, l’âme d’un créateur qui a révolutionné le vestiaire féminin, de ses moments de gloire à ses moments les plus sombres, le réalisateur français balaye le caractère d’Yves Saint Laurent sous toutes ses facettes.

« Tout d’abord, je suis très impressionné par le charisme totalement unique d’Yves, mais aussi par sa fragilité et sa candeur. Il est d’une grande intelligence, et il porte en lui une force de détermination absolue. Par ailleurs, ce qui m’a beaucoup touché, c’est qu’il partage avec Pierre Bergé une véritable histoire d’amour qui a duré toute une vie. » déclare Jalil Lespert.

C’est bien pour cela que ce dernier a réalisé son film autour de cette histoire mythique et cela peut être au détriment de l’aspect créatif du personnage qu’était YSL. Si la première partie du film est captivante grâce à l’intrigante personnalité du créateur, la deuxième en revanche est moins intense. Des scènes parfois longues et répétitives qui apportent peu à l’histoire. J.Lespert a cependant réussi avec brio à retransmettre l’amour qui a lié Pierre Bergé et Yves Saint Laurent durant près de cinquante années. Le réalisateur aborde cette relation sans langue de bois, de l’infidélité aux problèmes de drogues et d’alcool qui ont réellement fait partie de la vie du créateur. Un long métrage qui retrace donc bien la vie d’Yves Saint Laurent, un personnage touchant, mélancolique et surtout neurasthénique.
Le film aurait cependant pu mettre davantage en lumière la vision créative et moderne que le créateur a apportée à la mode.

Pierre Niney sort le grand jeu

Pierre Niney - Yves Saint Laurent

L’acteur français âgé de 24 ans seulement dévoile un jeu impressionnant. Pierre Niney incarne à la perfection le « petit prodige ». De la voix d’YSL, à ses attitudes et son phrasé, le pensionnaire de la comédie française réalise un mimétisme épatant. C’est donc un sans faute pour l’acteur qui retransmet à l’écran l’émotion du personnage et arrive à le rendre touchant tout en gardant certains traits de caractère de ce dernier comme son aspect plus « calculateur » : « Yves est un personnage fragile et blessé. Diagnostiqué maniaco-dépressif à l’âge de vingt-quatre ans. Il s’agissait donc aussi de rendre compte de cette facette du personnage. Pour ne parler que de sa timidité, cela témoigne évidement de cette faille insondable chez lui mais aussi de cette aptitude à transformer cela en une arme redoutable. » affirme l’acteur. L’idée pour P.Niney était de désacraliser le personnage et de le rendre « Maladivement timide », ce qu’était YSL. ­­­­­­Si l’histoire reste un minimum caricaturée, les interprétations de Pierre Niney et de Guillaume Galienne sont authentiques et se rapprochent des personnalités de Pierre Bergé et Y.Saint Laurent. Un travail qui résulte de nombreux mois d’entraînement pour les deux acteurs qui ont suivi une longue préparation physique mais aussi artistique (coach de dessin, de couture etc. pour P.Niney)

On retiendra donc majoritairement la prestation de ce dernier qui devrait en surprendre plus d’un.

De Lespert à Bonello

Bertrand Bonello Saint Laurent

Le scénariste Bertrand Bonello prépare lui aussi sa version de « Saint Laurent ». Un biopic qui devrait être mis en scène de manière plus artistique. Si J.Lespert a obtenu l’accord et l’entière collaboration de Pierre Bergé, B.Bonello a lui, était soutenu par François-Henri Pinault, dirigeant du conglomérat « Kering » qui détient désormais la marque « Saint Laurent ».
Alors qu’ « Yves Saint Laurent » se concentre sur 20 années de la vie du créateur (1956-1976), Bonello s’est attaché à dix années de la vie de ce dernier (1965 à 1976), dix années qui ont marqué la gloire de Saint Laurent mais aussi sa vie personnelle. Côté casting, Bonello sort l’artillerie lourde : Gaspard Ulliel en Yves Saint Laurent, Jérémie Renier pour jouer le rôle de Pierre Bergé, Léa Seydoux, Aymeline Valade, Willem Dafoe ou encore Louis Garrel dans la peau de Jacques de Bascher.  Un peloton de tête qui fait déjà frémir les critiques. On ouï-dire que « Saint Laurent » serait même déjà bien prêt pour entrer dans la course du 67ème festival de Cannes qui aura lieu cette année du 14 au 25 mai. Affaire à suivre… On attend donc avec impatience cet opus de Bonello, en salles le 1er octobre 2014, et qui devrait révéler un autre aspect plus artistique du créateur.

Commentaires

  1. Il y avait de quoi réaliser un film exceptionnel sur la vie et l’oeuvre de YSL : celui de Jalil Lespert en est loin bien que plaisant.

/* ------------ WAI Tag template ------------------------- */