Image Image Image Image Image Image Image Image Image Image
Remonter

Haut

Monthly Digest – L’actualité du secteur Luxe au 1er trimestre 2015.

Monthly Digest – L’actualité du secteur Luxe au 1er trimestre 2015.
Romain Rousseau

Malgré les fashion weeks qui n’ont quasiment pas cessé entre début janvier et mi Mars, le secteur du Luxe et de la mode ne s’est pas arrêté de tourner. On peut même dire qu’entre la fin d’année 2014 et le premier trimestre 2015, le jeu de chaises musicales n’a jamais été aussi intense ! Giannini qui claque la porte de Gucci, remplacée par Alessandro Michele, Guillaume Henry présentant sa dernière collection chez Carven lorsque Nadère Vanhee prend les commandes de Hermès, puis récemment, comme nous allons le voir, un grand ménage chez Pucci et Cavalli ! Sans oublier la rumeur encore secrète d’une marque Lanvin à l’avenir incertain, de résultats en berne chez Prada et de Paul Smith qui se met à jouer avec des voitures. Tout cela, dans le Monthly Digest du premier trimestre 2015 !

Mercato

Roberto Cavalli et Pucci se laissent emporter dans la grande vague du mercato des designers. Faites vos jeux, rien ne va plus ! 

Peter Dundas chez Cavalli…

1246649-peter-dundas-people-au-defile-emilio-950x0-1

Les rumeurs allaient bon train sur la nomination d’un nouveau directeur artistique chez Roberto Cavalli. Et en même temps, il faut bien dire que depuis quelques saisons, les défilés manquaient cruellement de cette touche d’imagination signant le style Cavalli. Un retour aux sources pour le créateur danois ayant déjà travaillé pour la Maison florentine. Mais le choix de Peter Dundas est-il pertinent ?

y1pn9qvbktx0valst6hhvv4gr9_lk8o_v7fwa0dfvbttepkx345kh6djkbvd3wqea4djk0qx_wfuyxnjpfs9zfyua

Oui, car son travail chez Emilio Pucci est cohérent avec celui de Cavalli. Il a créé de nombreuses collections à destinations d’amazones glamours et sexy, à grands coups de soie chiffon, de broderies et d’empiècements en cuir de python. Donc clairement, l’adaptation devrait être douce et rapide, en totale continuité de ce qui a pu être fait ces dernières années.

015_emilio-pucci_theredlist

E allora ?? Perché no ?! Eh bien le moment n’était-il pas venu d’apporter un peu de fraîcheur à la marque ? Il est vrai que même si des changements radicaux dénaturent, voire détruisent complètement l’héritage d’une Maison (Slimane©), il est parfois bon de bousculer un peu les codes établis. Mais pour l’heure, il ne reste qu’à attendre de voir ce qu’il adviendra du motif léopard et des peaux de python sous la houlette de Dundas !

…remplacé chez Pucci par Massimo Giorgietti.

MASSIMO

Si le DA de Pucci a été débauché, il est bien évident qu’il fallait lui trouver un remplaçant. L’annonce a été faite rapidement (on imagine que Dundas n’est pas parti sur un coup de tête), et un successeur  fut désigné en la personne de Massimo Giorgetti. – Who ? – MSGM ! Pour le coup, en terme de changement et d’évolution du style Pucci, il se passera forcément quelque chose avec l’arrivée de ce créateur vainqueur du « Who’s on next » 2010.

msgm-spring-summer-2014-campaign-0001

Avec un univers éloigné de l’esprit luxueux et supersexy de Pucci, on peut attendre de lui une version un peu moins sexy de la griffe italienne, en remettant au goût du jours les fameux imprimés multicolores dans une version streetwear ou en revenant à des concepts moins ouvragés peut-être… Bref, une vision plus jeune et plus actuelle que l’on a hate de découvrir… Et pourquoi pas, le (re)lancement d’une ligne masculine ?

026_emilio_pucci_theredlist


Côté business

Lanvin for sale ?

Lanvin-Men-4

La rumeur est encore quasi secrète, mais quelques personnages haut placés in house affirment que « quelque chose va se passer cette année« . La femme d’affaire Shaw-lan Wang serait en discussion avec quelques investisseurs asiatiques pour céder ses parts de l’une des plus anciennes maisons de Couture au monde.

original

Shaw-Lan Wang et son protégé, le petit Alber.

Reste à savoir ce que pourraient être les conséquences d’une telle cession. Aujourd’hui, il faut bien reconnaitre que Lanvin a beaucoup perdu de sa superbe et est loin de l’esprit couture de ses débuts. Coupes approximatives, détails et finitions très moyens, délocalisations, absences de doublures sur de nombreuses pièces… Comme nombre de ses congénères, la marque française s’est laissée aller, ce qui ne l’empêche pas d’être encore ultra branchée. Changement de direction artistique ? Montée en gamme ? Retour sur la scène Haute Couture ? Faites vos jeux !

Les proprios de Chanel se débarrassent de Bourjois.

Ils DÉTESTENT les journalistes, et ne s'en cachent pas.

Ils DÉTESTENT les journalistes, et ne s’en cachent pas.

La famille Wertheimer possède la marque de cosmétique Bourjois depuis plus de cent ans : une histoire qui date, fort utile lorsqu’il se fut agi de diversifier Chanel vers ces gammes bien plus accessibles… Un peu trop peut être, car finalement, les produits Bourjois ne sont pas plus exclusifs qu’un dentifrice Vademecum. La cession de la marque intervient alors dans l’optique d’un recentrage sur l’exclusif, sur le Luxe. Coty, autre géant du secteur beauté, devrait racheter la marque française en échange d’une cession de 15 millions d’action aux Wertheimer. Une bonne affaire d’environ 190 millions d’euros.

Prada en net recul sur l’année 2014.

L'imposante boutique de Tokyo.

L’imposante boutique de Tokyo.

Rien ne va plus en Asie, boulevard de la rentabilité pour les marques de Luxe. Prada se voit pénalisée par un net recul des ventes sur le continent, faisant chuter son résultat net de 28% sur l’exercice 2014. La marque italienne prétexte une période de transition dans le cadre d’une stratégie à long terme, mais quelques indices soulèvent le doute. En effet, la clientèle asiatique, elle aussi, semble se lasser des vulgaires signes ostentatoires de richesse et aspire, comme encore confirmé récemment par une étude de l’agence Nielsen, à un luxe plus subtil et discret. Les marques « traditionnelles » du Luxe ont-elles du souci à se faire ? Nous n’en sommes pas encore là… Néanmoins, quand on voit la fulgurance avec laquelle les modes de consommation en Asie peuvent changer, la vigilance est de rigueur !


Paul Smith X Land Rover : la collab’ inattendue

S7-Land-Rover-et-Paul-Smith-devoilent-un-Defender-unique-348984

Nous avons très récemment appris que Sir Smith avait décidé de nommer un directeur artistique, Simon Homes, de façon à pouvoir se consacrer à d’autres projets artistiques. Une première pour le britannique habitué à chapeauter l’ensemble des collections siglées de son nom, bien qu’il ait choisi quelqu’un travaillant pour la marque depuis plus de 10 ans.

land-rover-defender-paul-smith-1-680x428

Les « projets » que Paul Smith souhaite mener à bien vont probablement prendre des formes inattendues… à l’image de cette collaboration avec Land Rover. Muni de son éternelle empreinte colorée, le designer a joué la carte du patchwork arty, parant l’imposant 4X4 de bleu, bordeaux et jaune vif. Le puissant franchisseur change de ton, et ce design rétro rehaussé de teintes acidulées lui va à merveille !


 

La green actu avec les résultats de la campagne DETOX FASHION.

Greenpeace s’est lancée il y a plusieurs années dans une campagne de sensibilisation au sujet de produits toxiques retrouvés dans un nombre incalculable de vêtements. Aucune gamme n’est épargnée, puisque de très nombreuses marques de Luxe ont été mises en cause par l’enquête et les études menées par l’ONG écologistes.

gpeace-versace-detox

Il en ressort 3 catégories : les leaders, les greenwashers et les losers. Inditex, Esprit et Valentino font figure (parmi d’autres) de bons élèves, grâce à des mesures concrètes mises en place : analyse régulière de la chaine de production et détection des substances toxiques, approvisionnement auprès de fournisseurs certifiés/labelés… Des choix qui peuvent faire la différence auprès de consommateurs avec un minimum de conscience.

classement-detox-greenpeace

Il y a aussi ceux qui ont communiqué sur des engagements, mais qui n’ont rien mis en place par la suite. Nike en est l’emblème, alors que le groupe américain s’était montré particulièrement « réceptif » aux études de Greenpeace. Mais il y a pire, ceux qui n’ont tenu absolument aucun compte des résultats. Hermès, Versace, Dior : ces grands noms du Luxe n’ont pas jugé utile de réagir. Un comportement tout de même incompréhensible, car on imagine que la présence de produits toxiques dans des produits de « luxe » a de quoi ternir durablement l’image de marque.

Les détails dans le « Detox Catwalk » de Greenpeace.

TX12008

Commentaires

/* ------------ WAI Tag template ------------------------- */