Image Image Image Image Image Image Image Image Image Image
Remonter

Haut

ASOS Reclaimed Vintage, la fripe selon ASOS

ASOS Reclaimed Vintage, la fripe selon ASOS
Maxime

Margiela le faisait déjà de temps en temps, c’est maintenant au tour d’Asos de s’inspirer directement de pièces vintage pour les réinterpréter de façon plus contemporaine.

« Reclaimed Vintage » est en effet le nom d’une nouvelle ligne de Asos, pour laquelle les designers de la maison se sont inspirés directement des pièces que l’on peut trouver en friperie, pour les recréer en les remettant au goût du jour.

Exit donc le plaisir de chiner une pièce parmi les encombrés rayonnages de Free’p’star ou Episode, mais exit aussi l’odeur Eau de Friperie imprégnée à jamais, les bouloches de série et la taille jamais vraiment adaptée.

Le résultat est plutôt convaincant bien qu’étonnamment cher : avec des chemises à 60€ on est nettement au dessus des tarifs habituels d’ASOS. Un tarif justifié notamment par l’utilisation pour certaines pièces de tissus vintage ne permettant pas de fabrications à grande échelle.
Le prix à payer pour se construire une dégaine 90’s à la sauce 2012.

Parker Lewis sors de ce corps

La veste en jean, grand classique de la friperie

Commentaires

  1. Fevry

    J’avoue, le style Parker Lewis il faut oser !

    http://www.facebook.com/XytousLesMemes/

    le 1er dictionnaire de l’identité masculine!

  2. klemdr

    J’ai hâte de voir un mec dans la rue porter fierement cette chemise!

  3. Il ne manque plus que la banane Waikiki!

  4. Il ne manque plus que la banane Waikiki!

  5. Il ne manque plus que la banane Waikiki!

  6. Thomas Poujol

    Comme tu le dis dans ton article  » Exit donc le plaisir de chiner une pièce parmi les encombrés rayonnages
    de Free’p’star ». Je trouve ça dommage. L’intérêt des pièces de friperies viens du fait qu’elles ont vécu, qu’il faut prendre du temps pour en dénicher de bonnes et surtout qu’elles ne sont pas « aseptisées » . Un concept plutôt sympa mais qui ne doit devenir, selon moi, une habitude, au détriment des vieilles friperies et de la fierté que l’on tire à repérer la bonne pièce soit même.

  7. Thomas Poujol

    Comme tu le dis dans ton article  » Exit donc le plaisir de chiner une pièce parmi les encombrés rayonnages
    de Free’p’star ». Je trouve ça dommage. L’intérêt des pièces de friperies viens du fait qu’elles ont vécu, qu’il faut prendre du temps pour en dénicher de bonnes et surtout qu’elles ne sont pas « aseptisées » . Un concept plutôt sympa mais qui ne doit devenir, selon moi, une habitude, au détriment des vieilles friperies et de la fierté que l’on tire à repérer la bonne pièce soit même.

/* ------------ WAI Tag template ------------------------- */